Archéologie

Fragments du Lévitique

Date: premier siècle avant notre ère

Lorsqu’en 1947 on a découvert, par hasard, les rouleaux de la mer Morte, la nouvelle a fait le tour du monde ! Des bédouins locaux et des archéologues avaient commencé à fouiller avec ténacité, à la recherche d’anciens manuscrits. Un vieil homme s’est souvenu d’un incident datant de sa jeunesse. Il était à la poursuite d’une perdrix et avait trouvé accidentellement une grotte avec des tessons et une vieille lampe à huile, preuve que des gens y avaient habité. Cet homme avait une bonne mémoire et se souvenait encore de la fissure par laquelle il était passé pour entrer dans la grotte. Les fouilles ont commencé dans le sol et à un mètre de profondeur ils ont mis au jour de précieux documents, au total 40 000, provenant de 400 manuscrits environ. Près de 400 étaient des portions de la Bible. Tous les livres de l’Ancien Testament étaient représentés, à l’exception d’Esther.

Les manuscrits anciens sont toujours d’une grande importance parce qu’ils révèlent beaucoup de choses sur l’Histoire humaine. Beaucoup de fragments étaient issus du papyrus, matériau utilisé pour écrire déjà 2000 avant notre ère. Il était réalisé à partir de la fibre d’une plante aquatique appelée papyrus, qui pousse le long des rives du Nil, en Égypte. Le mot “papier” dérive du mot “papyrus”.

Quelques portions de la Septante écrits sur papyrus, en grec, que l’on a découvert l’ont été au premier siècle avant notre ère. Un de ces fragments, contenant des versets du Lévitique, n’utilise pas le mot “Kurios” ou “Seigneur”, mais la forme du tétragramme IAW (ou IAO) - une translittération en grec du nom divin, ce qui met en évidence son usage.

Le fragment présenté contient le passage de Lévitique 3 : 12 et 4 : 27. Sa taille approximative est de 9 cm de large sur 5 cm de haut.

 

Fac-similé réalisé par B. Bonte

 

Haut de Page