Archéologie

Oxyrhynchus 3522

Date: premier siècle avant notre ère

Deux scientifiques d’Oxford, Bernard P. Grenfell et Arthur S. Hunt, ont été envoyés en expédition en Égypte vers la fin du 19ème siècle. Le lieu dénommé Behnesa semblait plein de promesses pour Grenfell à cause de son ancien nom en grec : Oxyrhynchus. Cette ville était le centre de la chrétienté égyptienne aux 4ème et 5ème siècles. Les explorateurs souhaitaient trouver de la littérature chrétienne, mais leurs investigations dans les cours d’églises et dans les maisons en ruines n’apportèrent rien. Il ne restait rien que des montagnes de déchets à examiner et certaines d’entre elles mesuraient 9 mètres de haut ! En dépit du peu d’espoir, ils se sont mis à la tâche. En janvier 1897 ils ont fait quelques forages exploratoires et dans l’heure ils ont trouvé de vieux papyrus. En quelques trois mois, ils ont découvert environ deux tonnes de papyrus et dans l’année qui a suivi en ont trouvé encore d’autres.

La majorité des documents étaient écrits par des gens qu’on considérerait comme le commun peuple. Ce qui prouve que le grec koïnè, la langue usuelle, était utilisé dans la rue par des gens ordinaires. Ils ont également trouvé des fragments de manuscrits bibliques chichement décorés et de médiocre qualité - la bible des gens ordinaires.

Ce fragment, Oxyrhynchos 3522, est daté du premier siècle avant notre ère. Ses dimensions sont de 7 cm sur 10,5 cm. Le texte est extrait de Job 42 : 11, 12. Il est intéressant de noter ici l’usage du nom divin. Une opinion répandue consistait à dire que le nom divin ne figurait pas dans la Septante, mais ces fragments prouvent le contraire.

 

Fac-similé réalisé par B. Bonte

 

Haut de Page