Musée

Museum voor Schone Kunsten (le Musée des Beaux Arts) - "Prédiction de la guérison d'Ezéchias"

Le musée des beaux arts a été fondé en 1798 et est l’un des musées des plus anciens du pays. Centenaire, le bâtiment l’abritant dans « Citadelpark » avait besoin d’être réparé et rénové. Au terme de 4 années de travaux, le musée est à nouveau ouvert au public. Outre une sélection permanente de 300 à 350 œuvres faisant partie d’une collection riche et variée de peintures, sculptures et dessins, le musée s’évertue à rendre accessible au public toutes les formes d’art.

 

Nous voulons remercier le musée des Beaux Arts de Gand, où il est possible de voir le tableau, pour sa coopération et son aimable autorisation.
Le lien: www.mskgent.be

Le peintre Jacob de Backer est décrit comme un « peintre de l’Histoire». Il est né en 1530 à Anvers et a appris la peinture de son père. Après que son père eut émigré, suite à un procès, il va vivre chez un marchand d’Art, Antonis Palermo. Celui-ci fit en sorte que Jacob travaille sans arrêt pour vendre, à un prix élevé, ses tableaux à Paris, où ils sont très appréciés. Pour autant, l’artiste restera quant à lui, dans la pauvreté. Jacob de Backer ne vivra d’ailleurs que 30 ans.

Le tableau qui nous présentons ici est un triptyque de l’Abbaye de Baudeloo à Gand, qui est actuellement exposé au musée susmentionné. Il a été commandé par Jacob del Rio, abbé de l'abbaye, par ailleurs représenté sur le volet droite avec son Saint patron. Sur un panneau qui l’accompagne, il est écrit : « Ce récit n’est pas souvent représenté. Il s'agit de la guérison miraculeuse du roi juif Ezéchias. Sous forme d’icône, ce triptyque est un ensemble intéressant : le calvaire sur le volet gauche, le récit de l’ancien testament sur le panneau du milieu et la résurrection de Lazare sur le revers des volets. Ces thèmes font référence au rachat de la mort. L’histoire de la maladie d’Ezéchias de sa guérison miraculeuse peut être lu dans la bible, en Isaïe 38: 1 à 20.

Dans le panneau du milieu, en haut, le nom de dieu est écrit en hébreu, avec les signes des voyelles Massorétiques grâce auxquelles il est prononcé « Jehowah ».

 

 

 

 

Détail :

 

Haut de Page