Musée

Rijksmuseum Amsterdam - Adriaen Pieterz. van de Venne - La pêche des âmes

Le tableau ci-dessous se trouve au Rijksmuseum. Le Rijksmuseum d’Amsterdam se trouve dans la Jan Luijkenstraat, n° 1 à 1071, à Amsterdam.

Sur le site Web du Rijksmuseum, nous pouvons lire ceci : « En tant que musée, le Rijksmuseum existe depuis plus de 200 ans. Le bâtiment actuel, conçu par l'architecte Pierre Cuypers, a été inauguré en 1885. Issu de la vieille ville, le musée parait imposant et un peu austère, mais à partir de la place, le musée ressemble à un château de conte de fées. Après plus de cent ans d’utilisation intensive, cet imposant édifice avait besoin d’une restauration fondamentale. C’est pour cela, qu’en l'an 2000, il fut décidé par le cabinet de l'époque, aux termes de longs débats, d’engager des travaux. Ainsi le musée, réputé sur le plan international, pourra enfin satisfaire aux exigences du monde moderne.

Le Rijksmuseum devrait rouvrir ses portes dans la première moitié de 2013. Alors, le visiteur pourra aller à la découverte de l’art. La collection totale du musée incluant tableaux, dessins, images et photos contient, environ 900.000 objets. Avant la fermeture, quelques 1.200 000 personnes visitaient le musée chaque année.

Le site web: www.rijksmuseum.nl

 

Photo: Wikimedia Commons (© Voytikof) / licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic

 

Adriaen Pietersz. van de Venne

Adriaen Pieterz. de Venne, né à Delft en 1589, a fait sa renommée en tant que peintre et dessinateur néerlandais. Mais il fut également très actif dans d'autres domaines artistiques tels que la gravure, la peinture de miniatures et la poésie. Il fut même éditeur d’œuvres littéraires qui furent illustrées par ses soins.

Concernant sa formation, on sait que ses parents l'envoyèrent à Leyde pour y apprendre le Latin. Manifestement, le but était qu'il s’oriente vers une carrière scientifique. Adriaen aimait néanmoins davantage le dessin et la peinture. Elève, il jouit d’une formation du célèbre orfèvre Simon de Valk de Leyde et du peintre de styles en grisaille Willem van Diest de La Haye.

Adriaen s'est marié avec Elisabeth de Pours le 19 novembre 1614. En tant qu'artiste, il intègre la guilde St. Luc de La Haye en 1625; en devient bâtonnier en 1639, pour enfin contribuer à créer la nouvelle confrérie des peintres en 1656. Il était célèbre de son vivant, une consécration accordé qu’à quelques-uns. C’est ainsi qu’il reçut des missions du prince d’Orange et du roi du Danemark.


Pour Wenceslaus Hollar - cliquez ici.

 

 

La pêche des âmes

Ce tableau, réalisé en 1614, est un de ses chefs-d’œuvre les plus précoces. C’est une peinture à l'huile sur panneau de bois. Le panneau mesure 98 cm sur 189 cm. La scène : sur une large rivière, naviguent des embarcations transportant des personnes. Ces derniers repêchent des gens dénudés. C'est une illustration des paroles de Jésus dites aux futurs apôtres Pierre et André, son frère : « Venez à ma suite, je vous ferai pêcheurs d’hommes » - Matthieu 4:19.

Par cette œuvre d'art, Adriaen van de Venne nous propose une allégorie. Une allégorie est une illustration d’une idée ou d’une notion abstraite. Les protestants et les catholiques s’affrontaient pour « les âmes » des croyants. Cette allégorie a donc pour sujet le zèle ardent de ces religions. Le tableau a aussi une signification politique. Les protestants déterminants des Pays-Bas avaient été impliqués dans une lutte, la guerre de quatre-vingts ans, contre l'Espagne catholique. A gauche on voit les protestants avec les princes d’Orange, Maurice et Fréderic Henri, Fréderic V van de Palts, Jacques Ier, le jeune roi d'Angleterre et le Louis XIII, roi de France avec sa mère Marie de Médicis. En avant-plan, les protestants pêchent ; sur leurs filets sont inscrits Fides, Spes et Caritas (Foi, espérance et charité). Du coté droite, se trouvent les catholiques avec les archiducs d’Albrecht et Isabella, le général Ambrosio Spinola et le pape porté par les cardinaux. Un évêque avec ses prêtres pêche depuis l'embarcation catholique.

Nous trouvons un signe de l’attachement à l'affaire protestante du peintre. Le peintre s’est peint lui-même placé quelque-part devant du coté gauche. Si l’on regarde la représentation ci-dessous, le peintre est le troisième à gauche, près des adultes, juste au dessus des enfants. Notez que l'arbre des catholiques, coté droit est desséché, alors que coté gauche, celui des protestants est en fleurs. Le soleil ne se couche d’ailleurs que du coté gauche. Des nuages sombres s'animent au dessus des catholiques.

Au moment où le tableau a été réalisé, il y avait une trêve temporaire mais l’agitation parmi les protestants pointait à nouveau.

 

Photo Rijksmuseum, merci beaucoup! (© Rijksmuseum)

 

 

 

Le nom divin

 

A la barre du bateau est inscrit « IVDYCIUM IEHOVAE » - « Jugement de Jéhovah ».

 

 

 

 

 

 

Haut de Page